Faculté de
Philosophie et Lettres
.
Actualités  

Les dernières actualités sur le site

Du lundi 8 décembre 2014 au samedi 17 janvier 2015, de nombreux espaces de travail seront mis à votr...

Conférence - Jeudi 18 décembre 2014 de 14h30 à 16h30 - Séminaire Médias (Bât. central, 2e étage) - U...

Rencontre - Mercredi 10 décembre 2014 de 11h à 15h - Salle A2/2/3 - ULg - Place Cockerill 3-5 - 4000...

Conférence-spectacle - Vendredi 12 décembre 2014 à 20h30 - Théâtre Universitaire Royal de Liège - UL...

Première page Page précédente [1] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... Page suivante Dernière page
Lien

News : "Les colosses de Rhodes"

Conférence - Vendredi 23 mars 2012 à 17h - Salle du Théâtre universitaire - ULg - Bât A4 - Quai Roosevelt 1b - 4000 - Liège


Le Secteur d'Histoire de l'Art et d'Archéologie de l'Antiquité gréco-romaine a le plaisir de vous convier, le vendredi 23 mars 2012 à 17h, à la conférence donnée par le Dr Nathan Badoud (Ecole française d'Athènes) avec pour sujet "Les colosses de Rhodes".

Les récentes reconstitutions du Colosse de Rhodes - l'une des sept merveilles du monde - sont fortement influencées par une tradition plusieurs fois séculaire, dans laquelle recherche archéologique et imaginaire artistique ont interféré pour aboutir à la figure banale, et peu vraisemblable, d'une divinité dressant son corps d'athlète à l'entrée du port de la cité.

Le Colosse dont Charès entama la construction vers 295 av. J.-C., et qui fut rapidement renversé par un tremblement de terre appartenait pourtant à un type bien particulier de statue : les kolossoi - des objets utilisés dans des rituels de malédiction et d'exorcisme, que l'on jetait au feu quand on ne les nourissait pas pour finalement les abandonner dans les bois. Or l'étude combinée de l'archéologie et de certaines sources littéraires oubliées nous permet de mieux définir ces objets énigmatiques et de comprendre en quoi cette définition s'applique également au chef d'oeuvre de Charès. À mille lieues des schémas hérités du Moyen Âge et de la Renaissance, le kolossos peut alors se révéler dans toute son étrangeté : il sert d'emblème à une série de timbres amphoriques, marques que les Anciens apposaient sur les amphores pour en contrôler la production. Ce que l'on a jusqu'à présent qualifié de "symbole d'Hélios" représente en effet, sinon le Colosse lui-même, du moins un kolossos de Rhodes, contemporaint de la statute de Charès et figurant comme elle le dieu tutélaire de la cité.

L'évènement sera suivi d'un verre avec le conférencier à la cafétaria du TURLg.

Affiche